Quand on souhaite se rendre à une milonga à l’autre bout du monde, le mieux est de consulter les fuseaux horaires. Ainsi, il est plus facile de donner un rendez-vous au partenaire qui est à des centaines, voire des milliers de kilomètres. Encore faut-il vérifier si nous sommes à l’heure d’été ou non. Ce ne sera pas nécessairement le même cas de figure partout : c’est comme dans le tango, l’homme avance vers l’heure d’été alors que la femme recule vers l’heure d’hiver ! A moins que ce ne soit l’inverse.

D’autre part, dans certaines régions du monde, il y a des danseurs qui se lèvent tôt alors qu’ailleurs, les tangueros et tangueras se couchent très tard, disons qu’ils s’endorment quand ici on se lève. Comment alors se rejoindre, danser ensemble d’un continent à un autre si les mœurs, les us et coutumes du tango sont si divers.

Bref, essayer d’être à l’heure à un rendez-vous à Bs As, à N.Y. ou Hong-Kong, à Paris ou Istanbul, Barcelone ou Tokyo… n’est pas chose aisée !

A moins de croire, comme nous mon Amour, que le temps s’arrête quand nous dansons le tango, que les frontières disparaissent, qu’il n’y a plus ni heure d’été, ni heure d’hiver, ni « arrivez dix minutes avant », ni permission de minuit, ni doute sur l’heure à laquelle tu es rentrée, Juste des gestes, des figures, du désir.

Juste des gestes, des figures, du désir…