Au cinéma, il y a eu Paris vu par…, film où six réalisateurs de la Nouvelle Vague (Godard, Chabrol, Rohmer, etc) montraient Paris à travers une courte histoire. C’était en 1965.

Puis il y eut Paris vu par… 20 ans après, films courts réalisés par des cinéastes comme Garrel, Mitterrand, Akerman…
Sans oublier, Caen vu par…  qui regroupe des courts métrages de 14 jeunes réalisateurs ! Histoires insolites, romantiques ou parodiques toutes situées dans des quartiers de Caen.

Au cinéma, il y a eu aussi le film Paris, I love you suivi de New York, I love you.

Alors pourquoi pas une réalisation qui s’intitulerait Buenos Aires, te quiero ou encore une oeuvre cinématographique ayant pour titre El tango visto por…On pourrait y voir et entendre des danseurs célèbres ou non évoquer leur travail, leur ressenti. On rencontrerait, comme dans « La ville aux couteaux », Carlos Santos qui expliquerait son tango :
« Il ne suffit pas de bouger simplement au rythme de la musique. Vous devez la sentir en profondeur. Dansez la musique, pas les figures. le tango est un moyen de vous définir. Pour bien danser, vous devez apprendre qui vous êtes, puis devenir cette personne en mouvement…

Au début, c’est un travail exigeant. ça commence à être amusant quand ça devient une seconde nature. Cela comporte des risques. Vous devez tomber votre masque, vous rendre vulnérable. c’est ce que font tous les grands danseurs. Le tango est une expression formelle de la passion. Chaque fois que vous dansez, créez une histoire différente.

Ecoutez votre partenaire… Et ensuite, dîtes lui qui vous êtes. Votre façon de danser vous révélera. Si vous êtes sincère, votre façon de danser sera sincère.Ne pensez pas à l’image que vous offrez aux autres. quand vous danserez bien, vous le sentirez sans avoir besoin de vous regarder dans un miroir. »


Affiche d’un des courts métrages de « Caen vu par… »